Publié dans adolescent, classique

La petite fille de Monsieur Linh – Philippe Claudel

La petite fille de Monsieur Linh est un roman sur l’exil. Monsieur Linh a dû fuir son pays, chassé par la guerre. La plupart de ses compatriotes sont morts là-bas. C’est alors l’arrivée dans un pays nouveau, mais seul, perdu.

Avant de commencer, je tiens à préciser une chose. Je viens de perdre cette chronique, c’est donc la deuxième fois que je l’écrit. 

Si ça aurait été un livre que j’aurais beaucoup apprécié, ça ne m’aurait pas déranger mais cette fois …

Nous suivons dans cette courte histoire un vieux monsieur qui quite son pays afin de s’enfuir de la guerre. Il emmene avec lui sa petite fille de quelques mois, avec laquelle il la protège follement.

En gros, le pitch de base c’est ça, mais sous cette couverture ce vieille homme cache bien des choses.

Nous voyions qu’il a un lourd passé dans son pays d’autrefois auquel il était profondement attaché.

Quand il arrivera, il sera mis dans un dortoir pour refugiés et devra s’y integrer.

C’est pourquoi il sortira et ira se promener avec sa fille chaques jours dans un parc. Il s’installera sur le même banc et observera les mêmes personnes, toujours accompagné de son adorée petite fille.

Jusqu’à ce qu’il se fasse un ami, Bark. Ils ne se comprenment pas avec leur langue differente mais devinent qu’ils sont faits pour devenir amis. Suite à cette rencontre une sublime histoire d’amitié et de complicité s’en suivra.

Le personnage de Monsieur Linh est tout particulierement attachant suite a l’amour qu’il transmet à sa petite fille.

Son ami Bark regorge lui aussi d’un lourd passé. A mon avis, c’est pourquoi ils vont aussi bien s’entendre.

Malgeureusemnt, Monsieur Linh sera installé autre part et devra subir l’absence de son ami.

Il reste constamment avec sa « petite fille » (très étrange soit dit en passant) qu’il a récupéré du pays. Le secret de son étrangeté dévoilé à la fin du roman, je l’avais deviné dès les 10-20 premières pages.

La plume n’est pas exécrable, mais pas non plus sublime.

Je n’ai pas réellement envie de parler plus de ce roman d’autant plus que je préfère l’oublier le plus vite possible.

C’est néanmoins un beau roman avec de belles morales qui s’en découle.

En bref, je n’ai pas eu de plaisir à lire ce roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s